Frères de traditions

Saint Geniès de Mourgues (Herault) fait parti des villages dont la bourgine, comme à Eyragues, fait parti des traditions. Un petit groupe se déplace chaque année à Eyragues (pour le 15 janvier et le 14 juillet) pour assister à notre encierro à l’eyraguaise et nous soutenir au passage.
(Elle leur a été supprimée par le préfet de l’Hérault il y a quelques années de cela).

Pour la première fois cette année, une déléguation d’Eyraguais s’est rendue dans ce petit village de l’Hérault pour participer à leur fête votive (qui dure 10 jours).

Le mercredi étant une journée à l’ancienne, quelques Eyraguais sont arrivés, vétus de leurs costumes d’antan. (Peponne et Don camillo, Cesar, les gendarmes de St Tropez qui ont interpellé un individu un peu aviné…).

L’accueil à été des plus chaleureux et la surprise totale!
Lors d’un apéritif festif avec avec M. le Maire ainsi que le député Maire de Lacanau, ce dernier a promis de se mettre en contact avec notre premier magistrat pour venir à la prochaine encierro à l’eyraguaise.

A vous de découvrir les protagonistes, sachant que Magali RASCLAS était leur photographe
et « nez rouge ».
Une journée qui devrait en appeler d’autre tant les deux villages se ressemblent par bien des points…

Mario Nieto
Photos: Magali RASCLAS

A noter que Magali a fait avec Jean FERNAND une démonstration de fouet (voir photo).
Ce groupe d’Eyraguais a également assisté dans les magnifiques arénes ombragées du village, à la course camarguaise comptant pour le trophée des As avec les raseteurs Allouani, Benafitou, Ouffe et Mebarek entre autres raseteurs et avec « Tarnagas » comme excellent taureau.

Publicités

Fête de la St Symphorien

Cinq jours durant, la fête a battu son plein dans le village, que ce soit dans les rues, aux arènes, au stade et au boulodrome…

Jamais le village n’a vu affluer un public aussi important, pour la totalité du programme de la Saint-Symphorien pourtant bien chargé en évènements!
Les arènes étaient combles pour les deux journées du trophée de la Corne d’Or;
A l’occasion de la journée des enfants (samedi), les bords du canal n’ont jamais accueilli autant de petits pour la pêche à la truite après laquelle des tee-shirts ont été offerts aux « Péquélets eyraguais » par le comité des fêtes.
Comité des fête qui, cette année encore, avait organisé pour les petits une encierro à l’eyraguaise , avec pour vedette le taureau apprivoisé « Mambo » mené par Tiche et guidé par le bourgineur André Bouchet.
Dans les rues, il était presque difficile pour les chevaux de se frayer un passage dans la foule lors du concours d’attrapaire de lundi soir.
Les jeunes des « Barjots » ont su, comme à l’accoutumée, mettre de l’ambiance, où qu’ils se trouvaient!
Rémi GAILLARDET, tout en préparant son DVD des fête, s’est donné en spectacle (bandido, encierro, taureau piscine) en esquivant agilement les bious sous les « Olé! » et applaudissements généraux.
Pour les orchestres, on notera le succès du Condor qui se produisait mardi soir, qui a rassemblé sur la place un public estimé entre 2500 et 3000 personnes…
Le comité des fêtes se réjouit de la totale réussite de la Saint-Symphorien, plus que satisfaite qu’autant de monde soit venu y participer pour de bons moments de liesse dans la plus pure tradition provençale!

A l’an que ven!

(Pierre PANCIN, président du club taurin et du comité des fêtes ainsi que ses équipes peuvent maintenant se reposer 😉 )

Voici un bon nombre de photos de ces fêtes (durée du diaporama: environ 15 minutes)

Photos Aurélie Chomette

Blancs et Noirs nous ont offert une bien belle finale.

La 32ème CORNE D’OR pour VILLARD et COYOTE.

Organisateur: C.T.P.R. La Bourgine.
Président de course: M. Pierre Pancin.
Délégué: M. Roger Mouiren.
Entrées: le plein.
Animation: peña La Gardounenque, Arlésiennes locales et gardians de Chapelle-Brugeas.

Derrière Gilbert Mistral, porte-drapeau du C.P.T.R. et entre trente Arlésiennes, défilent ceux d’hier: Auzolle, Guyon, Gleize, Mascarin, Villard à droite et les gauchers: Bénafitou Nabil, Four, Martin-Cocher, Ouffe suivis des tourneurs Dunan, Fouque, Garrido, Mata et Zerti.

1. VIENNOIS de Ribaud (051).
Plante les cornes d’entrée dans les planches derrière Gleize puis c’est la foire en piste. Pierre Pancin prévient les tourneurs qui par la suite se conformeront aux règles. On est aux ficelles dès la 3ème. Moins sollicité, il trouve ses marques aux barrières contre lesquelles il frappe de nouveau après Four et Gleize (7, 9ème). Carmen pour deux jolies actions sur Guyon et Gleize et rentre à la 10ème applaudi.

2. BOHEMIEN des Baumelles (809)
Use de son coup de tête dans une longue série en musique dès la 2ème mais y perd cocarde et glands. Nouvel enchaînement (Carmen) de Guyon, Four, Martin-Cocher et Gleize. Franc et généreux, il permet les beaux passages (musique à la 9ème). Ne résiste que 10 mn. mais rentre honoré et applaudi.
3. GASPARD de Saint-Antoine (936)
Déclenche le duel entre Villard et Gleize. Il entend la musique à la 5ème pour une série et un coup de barrière sur Ouffe. Se bat comme un beau diable (coups de barrière sur Four aux 7, 8ème suivis d’un saut après Villard avec deux fois l’air. Un quatrième mérité à son retour dépouillé à la 12ème.

4. ROMAIN de Mermoux (059)
Quelques refus vite oubliés avec ses réponses sèches, en pointant et secouant dangereusement les cornes. Musique aux 5 et 6ème pour deux poursuites serrées après Mascarin et D-M-C. De nouveau à la 8ème quand Ouffe lui ravit la cocarde (200€). Il rentre son premier cordon avec un 4ème Carmen.

5. KHEOPS du Joncas (071).
Un sacré client, rapide et qui anticipe. D’entrée il enferme deux fois Gleize. C’est ensuite Villard qui saute en catastrophe (Carmen). Bien placé, il surveille tout et les rasets sont distillés au compte-gouttes. Guyon l’entreprend et la musique retentit encore six fois entre les 5ème et 14ème pour des réponses de classe, des coups aux planches et des séries. Conserve sa première ficelle (500 €) honoré comme il se doit.
6. CO-BLANCO de Lautier (934)
Se soulève après Four et Auzolle à la 2ème mais perd ses premiers attributs en même temps. Enferme Guyon et raccompagne toutes les tentatives jusqu’aux bois où il cogne derrière Ouffe (Carmen). Musique encore aux 7, 8, 9ème pour de belles réponses après Gleize, Four et Bénafitou. Dernier coup aux planches et il rentre en musique peu avant la sonnerie. A sa rentrée: Gleize 38 pt, Villard 35!
7. (HP) RAIMANA de Cavallini (209)
S’en prend aux planches dès sortir et le fera souvent. Il est brouillon sur les rasets mais va décider de la victoire des hommes. Benjamin prend un gland puis l’avantage avec la première ficelle (4 pt). Alexandre fait le forcing, subit deux coups de barrière mais doit s’incliner quand Villard s’empare du second cordon jaune. Le bûcheron rentre à la 8ème applaudi et en musique.

Remise des prix en piste dans le faste traditionnel:
– 1°/ Benjamin VILLARD avec 45 pt.
– 2°/ Alexandre GLEIZE, 38.
– 3°/ Bastien FOUR, 24.
Meilleur taureau: COYOTE de François FASSI (Manade Caillan).
Guyon est à citer pour son inlassable et bon travail. Présidence à la hauteur de sa tâche.

René TROUILLET

Travail insuffisant et brouillon des blancs, hormis…

VILLARD FACE A UN SUPERBE COYOTE.

Organisateur: C.T.P.R. La Bourgine.
Président de course: M. Pierre Pancin.
Délégué: M. Claude Bressy.
Entrées: le plein.
Animation: la peña du Grès.

Cette première journée de la XXXIIème Corne d’Or se déroule dans le cadre de la fête votive de la Saint-Symphorien.
A la capelado cinq droitiers: Auzolle, Guyon, Gleize, Mascarin, Villard et quatre gauchers: Bénafitou Nabil, Four, Martin-Cocher, Ouffe aidés par Duran, Fouque, Garrido, Mata et Zerti.

JIKAL de Bon (979)
Chasse autour du rond en jouant des cornes et se soulève d’entrée sur Guyon et Villard. Il subit des assauts désordonnés et on est aux ficelles à la 4ème mn. Deux coups de barrière sur Four et Villard lui valent la musique à la 5ème. Il se place devant le toril et y revient mais accusant la fatigue, répond plus mollement. Son armure impressionnante gêne les hommes et il rentre ses bobines (250 €) en musique. Bon premier.
A noter à sa rentrée un pugilat entre Mata et Ouffe qui aurait mérité une sanction.

CORAIL de Paulin-Niquet (821)
Brouillon et perdu au milieu de la meute blanche, il perd cocarde et glands en 2 mn. Se reprend un peu en se soulevant après Villard et Guyon (3ème) mais se met trop souvent à la faute. Deux autres coups de barrière lui valent encore l’air mais il rentre nu à la 8ème avec un généreux Carmen.

BEAUCAIROIS de La Galère (212)
Reçoit comme il peut les attaques brouillonnes et le président doit tancer les tourneurs. Il frappe derrière Villard (2ème) puis se garde, répondant par à coups avec des actions aux planches sur Ouffe, Villard, Gleize (musique aux 4 et 5ème) et finit par se tanquer. Le public s’ennuie et le fait savoir. Sa passivité lui permet de conserver son premier cordon et il rentre dans l’indifférence.

COYOTE de Caillan (209)
Le taureau de l’Avenir 2008 élargit le cercle et cul aux planches devant le toril, attend les rasets. Le premier de Villard ne vient qu’à la 3ème et il entend Carmen en se soulevant derrière Mascarin à la 4ème. Il cède sa cocarde à Guyon (5ème) puis changeant de terrain et surveillant tout, il impose sa loi. Villard est le seul à l’affronter sous les applaudissements et fait déclencher le disque (7ème). Sa plus que sérieuse défense lui vaut les honneurs aux 12 et 14ème. Benjamin se fait enfermer et n’évite ses cornes qu’en se jetant au sol devant lui. Il ne cède son second gland à Four (300€) qu’à la sonnerie et rentre sous les applaudissements nourris et en musique. Grande prestation.

MERLOT de Cuillé (017)
Trop généreux, il est assailli et perd ses glands en une mn. C’est la panique en piste pour sa cocarde qu’il cède à Guyon (2ème). Deux enfermées calment les blancs et retrouvant du moral, il défend ses bobines (peu convoitées mais à 350 €.) qu’il rentre applaudi et avec l’air.

OUFANOUS de Guillierme (977)
Parcourt d’abord la piste en tous sens, se contentant de saluer en chassant au hasard puis se rappelle au public par trois grands coups aux planches sur Mascarin, Gleize et Auzolle (2 Carmen). Saute derrière ce dernier (11ème) et entend de nouveau la musique pour une série. Retour à la 14ème avec les honneurs.

(HP): LOU VERRI de Saint-Pierre (001)
Avec lui c’est un festival de coups de barrière que l’on ne compte plus (une quinzaine). De plus il s’en prend aux planches presque à chaque fois et finit le mourre en sang. Il termine spectaculairement ce concours à la 13ème minute, justement applaudi et honoré une ixième fois.
La présidence compétente par ailleurs aurait pu sévir au moment de l’altercation.
Villard a été omniprésent. A un degré bien moindre Gleize et Guyon sont à citer.

A l’issue de cette première journée, le classement est le suivant:
– 1°/ Villard 19 pt.
– 2°/ Gleize 16
– 3°/ Four 13
– 4°/ Ouffe 9
– 5°/ Guyon 7
– 6°/ Auzolle 3
– 7°/ Mascarin 2

René TROUILLET

Mireille

L’association Témoignage & Patrimoine vous informe qu’à l’occasion du 150ème anniversaire de la parution de Mireille de Frédéric Mistral, un spectacle sera donné à Maillane au Mas du Juge, maison natale du poète, le jeudi 10 septembre à 21h.
Les réservations se font auprès de l’office de tourisme de Maillane.

Assistantes maternelles agréées

Les assistantes maternelles agréées du village reçoivent vos enfants dans un cadre chaleureux et familial.
Vous y trouverez un accueil personnalisé et adapté à vos horaires de travail.

Une association dénommée « L’association pour les p’tits loups » a été mise en place pour qu’assistantes maternelles et parents puissent être bien informés, documentés, écoutés et parfois soutenus.

Pour davantage d’informations, cliquez sur l’affiche.

Saint-Symphorien: Course du samedi

Traditionnellement, l’Enclos ouvre ses portes pour Saint-Symphorien avec une course réservée à une école taurine.
Ce samedi 22, les élèves raseteurs venaient d’Arles et le bétail était fourni par les manades des Oliviers, Lapeyre et La Galère.
Une centaine de mordus a assisté à ce plaisant lever de rideau.

A la capelado nous avons découvert:
Babacène, Dijoux, Gauthier, Gineys, Lablack, Martin, Quang, Rado aidés par leurs éducateurs Gaillardet, Ginoux et Levy.
1. le 501 de Lapeyre.
Un costaud qui chasse un moment puis saute six fois mais qui accepte une série, fait le coup de barrière sur Rado et saute après Quang.
2. le 102 des Oliviers.
Nerveux, il fonce sur tout ce qui bouge, répond franchement et frappe aux planches après Martin. Montre un bon sens du placement et un très bon biais.
3. le 555 de La Galère.
Vient fort en chassant, mesure et saute derrière Rado, puis seul. Sur une action aux planches il se casse la pointe emboulée et doit rentrer prématurément.
4. le 366 de Lapeyre.
Il fait du large sur le pourtour et cherche un endroit pour s’échapper, y réussit une fois mais se reprend en effectuant un joli coup de barrière sur Gauthier et en acceptant deux séries (Carmen).
5. le 500 des Oliviers.
Une petite maille qui vient franchement avec un bon coup de tête. S’il lâche un peu au début, il est de plus en plus vaillant et entend les honneurs pour une série et à la rentrée.
6. le 539 de La Galère.
Chdont une énorme sur Radoasse ses adversaires par de rapides fu face à des jeunotts au bon biaissées jusqu’aux planches et les empêche de passer.Il saute après Gauthier,et seul mais reprend le combat avec trois jolis coups de barrière sur Rado et Gineys. Troisième Carmen à son retour.
7. le 530 de Lapeyre.
C’est un splendide tau dont les puissantes fusées impressionnent les débutants. Il se soulève plusieurs fois et finit fort, chaque action, dont une énorme sur Rado, se terminant contre les planches. Rentre applaudi avec un quatrième honneur.
8. le 578 de La Galère.
Mesure souvent mais s’occupe aussi des hommes qu’il poursuit jusqu’au pourtour. Finit fort avec une succession de coups aux planches.

Gauthier s’est montré à son avantage ainsi que Rado et Gineys face à des jeunots au bon biais. Hélas, nous reprocherons une fois de plus aux candidats à la tenue blanche d’abuser du raset en virgule qui ne laisse aucune chance aux noirs.
Pierre n’a eu aucun problème et Gilbert a bien contrecarré la sécheresse caniculaire.

René TROUILLET

Photo: Aurélie Chomette (école taurine de Vendargues 2007 – toute photo de la course taurine de samedi avec l’école taurine d’Arles sera la bienvenue pour illustrer correctement l’article de René Trouillet!)